Skip to content

Contrebasse, nourrices et Guevarisme

01/04/2013

Trois propositions :

  • Le jazz est fait d’esprit de danse – qu’on appelle souvent swing, aussi parfois d’intelligence, parfois de lyrisme.
  • La contrebasse est la nourrice des formations de jazz.
  • Charlie Haden et Scott La Faro partagèrent un appartement à Los Angeles dans les années 60.

Le lyrisme, la contrebasse, Charlie Haden ; la contrebasse, le lyrisme, le jazz : Song for Che.

Song for Che, pièce de Charlie Haden, interprété par le même. Fin des années 60. Ernesto Guevara est mort en 1967. Haden, compagnon des premières formations d’Ornette Coleman se remet de son addiction aux stupéfiants.

C’est une chanson politique, Song for Che. Une chanson, une plainte, un chant funèbre, un tracas de révolte. Haden, l’a composé, Haden joue. Haden, un des libérateurs de la contrebasse jazz. Avec Scott La Faro donc, et quelques autres, après et avec Charles Mingus, il fit échapper son corps encombrant du rôle de gardienne de rythme. La nourrice ne veillait plus seulement, ne nourrissait plus seulement, elle s’émancipait, elle jouit avec. Avec Haden, avec La Faro près de Bill Evans, les cordes épaisses de la contrebasse doublent la mélodie d’une foule de mélodies additionnelles, la troublent, élaborent une surmélodie dans laquelle en retour les autres inventent. Il se glisse des mélodies dans la mélodie, il se glisse des rythmes dissidents et compagnons dans le rythme. Les cordes longues entrent dans les cuivres, taquinent les hanches, agitent les bois, caressent les peaux. Tout change. Et la contrebasse, la lourde nourrice, prend sont essor pour, comme ici, un long long solo où elle tient toute seule le développement du thème, le subvertit, le conduit ailleurs. La contrebasse, opprimée, libérée. On peut rêver.

Dans cette version, enregistrée à Berlin en 1971, Charlie Haden introduit ses petits camarades les saxophone d’Ornette Coleman et de Dewey Redman et la batterie d’Ed Blackwell. Ils prennent le thème puis font silence. Charlie Haden alors, longuement, sagement, parle. Parfois une cymbale applaudit. A la fin le thème revient, en conclusion, pour nous sortir en douceur du solo.

http://grooveshark.com/s/Song+For+Che/2I532t?src=5

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :